This website in English

N’KRUMAH LAWSON DAKU - Togo

Kraftwerk Made in Cotonou, 2009

Musée National du Mali

Il y a en ce lieu une lumière toute spéciale. On n’y est jamais seul, jamais perdu, tout semble chargé d’énergie. Kraftwerk signifie « pourvoyeur d’énergie », « centrale énergétique ». Ce travail est l’évocation poétique d’une réalité simple et essentielle : il y a entre l’homme et son environnement une dialectique forte. Il porte en lui le principe de nos cultures, de nos mémoires, de nos futurs. Le monde doit redevenir à échelle humaine. Ce travail est aussi l’histoire d’un retour sur le continent africain, après trente ans d’exil.

Né au Togo en 1974 d’une mère béninoise et d’un père togolais, N’Krumah Lawson Daku est de nationalité française et togolaise. Il quitte le Togo avec sa famille pour arriver en France en 1979 en tant que réfugié politique. Son oeil reste fortement empreint des premiers films de son enfance qui demeurent pour lui des références : La Belle et la Bête de Jean Cocteau, La Beauté du diable de René Clair, La Planète sauvage de René Laloux et Roland Topor. Les classiques de la littérature, les séries noires du cinéma, les contes traditionnels de son enfance restent profondément ancrés en lui, de même que la narration, l’espace et le temps, les notions d’humanité et de mémoire.

Partenaires : Ministère de la culture, Institut français, Union Européenne

© Rencontres de Bamako